Chambres d'hôtes Danièle et Hervé

A visiter > Colmar

Colmar

Ville d'art et de culture, la capitale de la Haute Alsace a su préserver ses richesses architecturales tout en se tournant vers l'Europe et l'avenir.
Venez visiter son centre historique, ses rues étroites, la Petite Venise, ses musées Bartholdi, d'Unterlinden, celui d'histoire naturelle ou celui du jouet sans parler de ses environs, la route des vins, le Hohlandsbourg, le canal de Colmar...

Musée Interlinden Canal de Colmar Musée Bartholdi Rue des Boulangers

1) Les origines de Colmar

Les origines de Colmar sont romaines de Colombarium (colombier). Point d'appui des légions en transit vers Argentoratum (Strasbourg) et Treverorum (Trèves), c'est essentiellement une grosse ferme puis petit bourg jusqu'au début du Moyen Age. Les camps fortifiés locaux chargés de protéger l'empire de l'invasion des peuples germaniques sont Argentovaria (Horbourg) et Mons Brisiacus (Brisach). Le pays, marécageux et inhospitalier, est peuplé de celtes venus du Danube. Les Séquanes sont installés au nord de l'Alsace et les Raurarques au sud. L'armée romaine s'est installée dans la région pour combattre Arioviste en 58 avant Jésus-Christ. Suivront deux siècles de paix avant que les Alamans ne commencent à s'y installer vers 213 après JC.

Après la disparition de l'empire romain, l'Alémannie sera conquise par Clovis en 496. L'Alsace sera mérovingienne puis carolingienne jusqu'au partage de l'empire franc en 843 (traité de Verdun) et sera rattachée à au royaume franc oriental de Louis le germanique en 870.
Le serment de Strasbourg, alliance entre Louis le germanique et Charles le Chauve contre Lothaire, rédigé en vieil haut allemand et vieux français marque la différenciation linguistique entre la Francie de l'est et la Francie de l'ouest. Entre temps, l'Eglise a remplacé peu à peu l'empire pour christianiser et développer la région. Les moines défrichent les terres, cultivent la vignes et les céréales.

Colmar est cité en 823 dans un acte de Louis le pieux, fils de Charlemagne, à l'abbé de Munster. Ce dernier recevait en donation une partie de la forêt alentour du colombier au carrefour de la Lauch et de l'Ill. Fisc royal, Colmar est un relais chargé d'accueillir le roi et sa suite lors de ses déplacements.

2) Le développement des villes

L'augmentation de la production agricole permet l'augmentation de la population et le développement de l'artisanat et du commerce.
C'est en 1226 que Colmar devient une ville. Elle reçoit de l'Empereur l'autorisation de construire un mur d'enceinte puis devient ville impériale et constitue la ligue de la Décapole en 1354 avec Wissembourg, Haguenau, Mulhouse, Munster, Rosheim, Obernai, Sélestat, Kaysersberg, Turckheim. L'Empereur du Saint empire accorde ces privilèges pour réduire la puissance de l'Eglise.

L'Alsace s'enrichit grâce à l'exportation de céréales et de draps jusqu'en Angleterre, l'Italie et la Scandinavie. Les influences françaises, allemandes et italiennes contribuent à son essor artistique et culturel. De nombreuses constructions témoignent de la vitalité de l'Alsace à cette époque. L'artisanat très développé génère de véritables artistes. L'imprimerie découverte à Strasbourg par Gutenberg contribue à la diffusion des idées nouvelles. Le Musée d'Unterlinden présente les oeuvres de Mathias Grünewald dont le célèbre retable d'Issenheim.

Musée Bartholdi Cathédrale Museum d'Histoire naturelle